ALEP… A l’aide! A l’aide!

  De l’histoire de l’Humanité Berceau, ensanglanté, de la civilisation, Je porte Témoignages, ALEP me nomme, J’ai traversé les âges et les temps Et pleure sur celui présent. Mes ruines antiques, marques des outrages, Deviennent chaque jour, œuvre maudite, Stigmates de la folie cupide des hommes, Champs de décombres et de gravats Chants de larmes…

POEME… 11 NOVEMBRE

« Chez nous le 11 novembre est fête nationale » Barde GLENMOR   Plus de la moitié d’un siècle a passé Et, aujourd’hui, une fois de plus, La soixante septième, Sonnez clairons, donnez trompettes, Battez tambours, Dans cette France monumentale, On commémore, on discoure, On agrafe, rapidement, Sur leurs maigres poitrines, Hommage aux derniers survivants Oubliés sans…

DAECH … A la dérive

  Tu es en recherche de Toi-même, Des richesses ignorées, de ton cœur, de ton esprit De celles du Monde et des Humains, Trouve les lumières de l’espoir Ne te laisse pas aspirer, enliser Par le sable mouvant de la négation de l’Autre, Ne suis pas aveuglément le crédo de la haine, Blasphème insufflé par…

DÉRISION

DÉRISION Si nouveau pauvre est votre état Et que faute de pouvoir loyer payer, De votre logement risquez d’être expulsé, Loubard, délinquant notoire, devenez.   A partir de ce moment-là, Si maladroit de surcroît Vous êtes, Un jour, c’est sûr, A la mise à l’ombre vous aurez droit.   En prenant garde à vous, Tout…

Enfants de Varsovie et de Gaza

Enfants de Varsovie et de Gaza   Du ghetto de Varsovie Montent sourds, les cris d’horreur Des enfants d’Israël. De Gaza la crucifiée Montent toujours, les cris d’horreur Des enfants martyrisés. Je n’entends pas vos cris de révolte, Je n’entends pas les cris de votre conscience, Seriez-vous muets du cœur Celui qui n’a pas de…

Seul tu es… Seul tu resteras…

Après une longue nouvelle nuit insomniaque, Cauchemardesque, tourmentée Faite d’anxiété et remords La lune impudente, astre morne et pelé, Aride et déserte, belle que de la Terre Dans l’insondable bleu galactique. S’estompait furtivement Sur le sable gorgé de sang Ton pas se fait plus lourd. Depuis des jours et des jours, sans fin, Tu erres,…